la reparation recrute

La réparation recrute

Portée par lcontexte écologique, économique et sociétal, la réparation est de nouveau une filière d’avenir. Une croissance rapide pour un secteur en manque de ressource et qui reste peu attractif chez les jeunes. Donner envie et former sont les deux challenges à venir de la profession. Tour d’atelier de la situation.  

Les Français réparent de plus en plus leurs appareils électroménagers  

En 2020, le secteur a subi un choc à la demande à la sortie du premier confinement ( à lire l’entretien d’Emmanuel Benoit) suite à la fermeture de nombreuses stations techniques. Les techniciens sont encore en train de rattraper ce retard dans les interventions. Chez Agoragroup, on estime en moyenne une augmentation par technicien de 15 % de la charge de travail. À la surcharge de travail s’ajoute un contexte particulièrement favorable en 2021 avec la mise en œuvre de l’indice de réparabilité, le chantier du fonds de réparation et la pièce de réemploiLes foyers se tournent davantage vers la réparation plutôt que l’achat. La situation économique, sanitaire et écologique forcent à repenser certains modèles de consommation. Afin d’être en capacité de répondre à la demande de réparation qui va augmenter, le secteur doit rapidement recruter de nouveaux techniciens.  

 

Un manque de techniciens : comment attirer les jeunes ? 

D’ici 5 ans avec le départ à la retraite des techniciens historiques, le métier risque d’être en péril si les réparateurs ne parviennent pas à former la relève. Un vrai challenge pour le secteur de l’électroménager qui souffre d’un manque de reconnaissance. “Notre métier à pourtant tout plaire aux jeunes : autonomie, dynamisme, relationnel et travail de terrain” explique Bruno Simarro, responsable de la station technique EDM à Perpignan. Technicien depuis 27 ans, il est membre dStarSav le réseau des réparateurs agréés indépendants et il forme chaque année des apprentis  : “J’ai moi-même commencé à l’âge de 16 ans et aujourd’hui je suis dirigeant, explique Bruno, c’est un métier qui demande du temps d’apprentissage mais on peut rapidement être autonome et devenir son propre patron.” Bruno essaye de transmettre sa passion du métier aux jeunes en les formant au sein de l’atelier Ils éprouvent une grande satisfaction quand ils parviennent à comprendre le fonctionnement d’un appareil, c’est un peu comme un jeu de logique.” Actuellement, deux apprentis font partie de l’équipe d’EDM et l’un d’entre eux continue son aventure en CDI.   

Fédérer les initiatives pour mettre en avant le métier de réparateur 

Notre groupe qui joue depuis 20 ans un rôle de moteur entre les différents acteurs de la réparation, de la PME aux grands groupes, réfléchit actuellement à utiliser sa capacité de rassemblement pour lancer une initiative en faveur du recrutement. En fédérant l’ensemble des professionnels, Agoragroup souhaite rénover l’image du technicien notamment auprès des jeunes avec des campagnes de communications ludiques et décalées. L’objectif est de valoriser l’aspect positif du métier, le réparateur super-héros du quotidien ? Rendez-vous au printemps.  

 

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.